Site du Contrôleur Général des Lieux de Privation de Liberté

L’intimité au risque de la privation de liberté

7 juillet 2022

 

La Contrôleure générale des lieux de privation de liberté publie un rapport  thématique sur “L’intimité au risque de la privation de liberté“.

Toute décision d’enfermement comporte, de façon plus ou moins explicite, l’autorisation de contrôler la vie des personnes concernées. L’intimité, la capacité de se préserver du regard d’autrui, ne se concilie pas aisément avec la vie collective dans un lieu de privation de liberté.

La recherche de la sécurité – prévenir les fugues, évasions, violences contre autrui ou soi-même – peut justifier des atteintes portées à l’intimité mais conduit souvent à négliger ce droit. Les situations sont variables selon les lieux : prisons, hôpitaux psychiatriques, centres de rétention administratives, locaux de garde à vue, centres éducatifs fermés, etc.

L’intimité peut être mise à mal dans de nombreux aspects de la privation de liberté, de manière souvent disproportionnée : conditions d’hébergement, promiscuité, mesures de contraintes, fouilles à corps, correspondances, confidentialité des soins, visites des proches ou encore sexualité.

Comment concilier respect de l’intimité et obligation de surveillance dans les lieux de privation de liberté ? Comment trouver l’équilibre entre ces exigences contradictoires ? Dans ce rapport, le CGLPL a souhaité explorer les conditions du respect de l’intimité des personnes privées de liberté en s’appuyant sur des exemples concrets issus de ses visites et des courriers qu’il reçoit.

Ce rapport, publié le 7 juillet 2022 aux éditions Dalloz, est disponible en librairie. Il sera téléchargeable en intégralité sur le site internet du CGLPL à partir de mercredi 18 août 2022 (délai conventionnel accepté pour ne pas interférer avec les actions promotionnelles de l’éditeur).