Site du Contrôleur Général des Lieux de Privation de Liberté

Foire aux questions

Qui est le Contrôleur général des lieux de privation de liberté ?

Pourquoi a-t-il été créé ?

Quels sont les lieux de privation de liberté relevant de sa compétence ?

Quels sont les droits fondamentaux des personnes privées de liberté ?

Que peut-il pour vous ?

Quelles sont les situations dans lesquelles le Contrôleur général ne peut intervenir ?

Puis-je saisir directement le Contrôleur général des lieux de privation de liberté ?

Comment le saisir ?

Les informations transmises sont-elles confidentielles ?

Quelles sont les suites apportées aux courriers de saisine ?

Comment sont organisées les visites ?

Quels sont les moyens d’action du Contrôleur général ?

Combien d’établissements a-t-il visités en 2008 ?

    Qui est le Contrôleur général des lieux de privation de liberté ?

    Le Contrôleur général des lieux de privation de liberté est une autorité instituée par la loi n°2007-1545 du 30 octobre 2007, chargée de s’assurer que les droits fondamentaux des personnes privées de liberté sont respectés, c’est-à-dire que ces personnes sont traitées avec dignité.

    Sa nouveauté réside dans son indépendance : il ne reçoit d’instructions ni de l’administration, ni du Gouvernement.

    Jean-Marie DELARUE, Conseiller d’Etat, a été nommé contrôleur général par décret du 13 juin 2008 pour une durée de six ans non renouvelable.

    Retour aux questions

    •    Pourquoi a-t-il été créé ?

    Plusieurs rapports ont mis en exergue, au plan national, la nécessité d’instaurer un contrôle extérieur des prisons.
    Le protocole facultatif se rapportant à la Convention contre la torture et autres peines et traitements cruels, inhumains et dégradants adopté par l’Assemblée général des Nations-Unies le 18 décembre 2002 (signé par la France le 16 septembre 2005 et ratifié le 28 juillet 2008) va bien au-delà et prône la mise en place d’un contrôle indépendant de l’ensemble des lieux de privation de liberté.
    Ce protocole a pour objectif la mise en place de mécanismes nationaux de prévention indépendants chargés d’examiner régulièrement la situation des personnes privées de liberté et de formuler des recommandations à l’attention des autorités concernées.
    La France ayant signé ce protocole, un tel mécanisme, dédié au contrôle de tous les lieux de privation de liberté, a été institué par la loi du 30 octobre 2007.

    Retour aux questions

    •    Quels sont les lieux de privation de liberté relevant de sa compétence ?

    Le Contrôleur général des lieux de privation de liberté peut visiter, à tout moment, sur l’ensemble du territoire français, tout lieu où des personnes sont privées de liberté par décision d’une autorité publique, ainsi que tout établissement de santé habilité à recevoir des patients hospitalisés sans leur consentement.
    Il peut notamment se rendre dans les établissements pénitentiaires, les établissements de santé, les locaux de garde à vue, que ceux-ci relèvent de la police ou de la gendarmerie, les centres et locaux de rétention administrative, les zones d’attente, les centres éducatifs fermés, les locaux de rétention douanière, les dépôts et geôles des tribunaux. Il peut aussi contrôler tout moyen de transport utilisé pour le transfèrement des personnes privées de liberté.
    Cette liste des lieux relevant de sa  compétence n’est nullement exhaustive. Il n’est pas exclu que d’autres lieux puissent à l’avenir faire l’objet de contrôles.

    Retour aux questions

    •    Quels sont les droits fondamentaux des personnes privées de liberté ?

    A l’exclusion de leur liberté d’aller et venir, les personnes détenues, retenues ou hospitalisées sous contrainte jouissent de l’ensemble de leurs droits.
    Certains de ces droits sont inhérents à la dignité humaine et ne souffrent d’aucune limite : droit à la vie, droit de ne pas être soumis à la torture ou à un traitement dégradant ou inhumain, droit à la protection de l’intégrité physique …
    D’autres peuvent être limités pour des raisons tenant à l’ordre public : droit au respect de la vie privée et familiale, droit au travail et à la formation, liberté d’expression, liberté de conscience et de pensée …

    Le Contrôleur général des lieux de privation de liberté a donc pour mission de veiller à ce qu’aucune limite ne soit portée aux premiers et qu’un juste équilibre entre les nécessités d’ordre public ou liées à la sécurité et le respect des droits  fondamentaux de la personne privée de liberté soit établi.

    Retour aux questions

    •    Que peut-il pour vous ?

    Le rôle du Contrôleur général est de faire cesser toute violation des droits fondamentaux des personnes privées de liberté mais aussi et surtout de les prévenir.

    Ainsi, vous pouvez le saisir pour lui faire part de votre situation ou de la situation de l’un de vos proches dont vous considérez qu’elle porte atteinte à vos [ses] droits fondamentaux ou, plus généralement, pour apporter votre témoignage relativement au dysfonctionnement d’un établissement.

    Retour aux questions

    •    Quelles sont les situations dans lesquelles le Contrôleur général ne peut intervenir ?

    Le Contrôleur général des lieux de privation de liberté ne peut ni intervenir dans le cadre d’une procédure judiciaire en cours, ni apprécier le bien-fondé d’une décision prise par une juridiction judiciaire (telle qu’une décision portant condamnation ou une décision du juge de l’application des peines) ou par une juridiction administrative.

    Retour aux questions

    •    Puis-je saisir directement le Contrôleur général des lieux de privation de liberté ?

    Le Contrôleur général des lieux de privation de liberté peut être saisi directement sans qu’il soit nécessaire de vous adresser préalablement à un parlementaire ou à toute autre personne.
    Il peut être saisi par toute personne physique (la personne privée de liberté elle-même, son avocat, un proche, un témoin, une personne intervenant au sein de l’établissement, un personnel …) et par toute association ou personne morale ayant pour objet le respect des droits fondamentaux.

    Retour aux questions

    •    Comment le saisir ?

    •    Par courrier (sous pli fermé) à l’adresse suivante :
    Monsieur le Contrôleur général des lieux de privation de liberté
    BP 10301
    75921 Paris cedex 19

    •    Directement à l’occasion des visites effectuées dans les établissements :

    Les personnes privées de liberté, leurs proches, les personnes intervenant au sein de l’établissement, les personnels peuvent solliciter un entretien avec le Contrôleur général ou l’un des contrôleurs qui composent son équipe.

    Les visites sont annoncées par voie d’affichage dans les établissements et les locaux d’accueil des familles.

    Retour aux questions

    •    Les informations transmises sont-elles confidentielles ?

    En application de l’article 5 de la loi du 30 octobre 2007, aucune mention permettant l’identification des personnes concernées par le contrôle ne doit apparaître dans les documents publiés par le Contrôleur général ou dans ses interventions orales.

    De plus, les entretiens menés à l’occasion des visites au sein des établissements sont confidentiels. Le Contrôleur général et les contrôleurs veillent à s’entretenir avec un grand nombre de personnes afin que les propos recueillis ne puissent être attribués à telle ou telle personne. Le rapport transmis au chef d’établissement puis au ministre ne comporte aucun élément d’identité ou permettant l’identification des personnes entendues.

    S’agissant du traitement des courriers, aucune suite n’est donnée aux courriers anonymes. Néanmoins, vous pouvez demander à ce que votre identité ne soit pas révélée lors des investigations que le Contrôleur général pourrait mener.

    Le Contrôleur général et les membres de son équipe sont tenus au secret professionnel.

    Retour aux questions

    •    Quelles sont les suites apportées aux courriers de saisine ?

    Le Contrôleur général procède à des investigations auprès des établissements concernés (chef d’établissement, service médical, service d’insertion et de probation, autres intervenants …) lorsque les faits portés à sa connaissance paraissent attentatoires aux droits fondamentaux d’une personne privée de liberté. A cette occasion, il peut se faire remettre tout document qu’il juge utile et se déplacer au sein de l’établissement concerné.
    S’il est fait état de dysfonctionnements d’ordre général au sein de l’établissement, les informations communiquées sont conservées en vue de la visite de cet établissement par une équipe de contrôleurs.

    Retour aux questions

    •    Comment sont organisées les visites ?

    Le Contrôleur général choisit librement les établissements qu’il entend visiter sans que les autorités concernées puissent s’y opposer (sauf motifs graves et impérieux liés à la défense nationale, à la sécurité publique, à des catastrophes naturelles ou à des troubles sérieux dans le lieu visité).
    Ces visites peuvent être programmées ou inopinées.
    Chaque équipe est composée de deux à quatre contrôleurs selon la taille de l’établissement (plus si l’établissement est de taille très importante). Ces contrôleurs ont un parcours professionnel différent ce qui permet de croiser les regards et points de vue sur les constats effectués.
    Lors des visites, les contrôleurs tiennent à rencontrer les personnes privées de liberté et  leur famille mais aussi les personnels de surveillance, les personnels soignants et les intervenants extérieurs.

    Retour aux questions

    •    Quels sont ses moyens d’action ?

    Le Contrôleur général des lieux de privation de liberté a la possibilité de rendre publiques  ses recommandations.  Elles sont alors publiées au Journal Officiel de la République et sont accessibles sur ce site (accompagnées du rapport de visite et des observations du ou des ministres concernés).

    Le Contrôleur général ne dispose pas de pouvoir d’injonction à l’égard des administrations et du gouvernement.

    Néanmoins, que les recommandations aient été ou non rendues publiques, il peut exercer un droit de suite en se rendant de nouveau dans l’établissement concerné afin de vérifier si des mesures ont été prises suite à son premier rapport.

    De plus, chaque année, il remet un rapport d’activité au Président de la République et au Parlement. Ce rapport est rendu public.

    Retour aux questions

    •    Combien d’établissements a-t-il visités en 2008 ?

    A compter de sa nomination, le Contrôleur général et son équipe ont visité 52 établissements dont 16 établissements pénitentiaires,  17 locaux de garde à vue (police, gendarmerie et douanes), 12 centres et locaux de rétention, zones d’attente, 5 hôpitaux, 2 dépôts de tribunaux de grande instance.

    L’objectif fixé dans le cadre de la loi de finances pour 2009 est d’au moins 150 établissements visités par an.

    Retour aux questions

Retour en haut de la page